GVHS Logo

Up the Gatineau! Selected Articles

L'article suivant a été publié pour la première fois dans Up the Gatineau! Volume 47.

« Cimenté à jamais » dans les collines de la Gatineau : Thomas Maxwell et Katie Burnett

Par Valérie Crevier

Enchâssées dans une falaise rocheuse au nord de Cantley, se trouvent deux petites plaques de bronze qui semblent être des plaques funéraires typiques. Chaque plaque est inscrite avec un nom et une date : « Thomas Maxwell 1888–1942 » et « Katie Grieg Burnett Maxwell 1885–1973 ».

Qui était ce couple? Leurs restes incinérés pouvaient-ils être cachés derrière les plaques dans la roche? Qui a placé ces plaques avec tant de soin dans la paroi rocheuse? Pourquoi ce lieu particulier a-t-il été choisi - un site isolé au-dessus de la rive est de la rivière Gatineau, en face du quartier de Cascades à Chelsea?

Voilà les questions auxquelles Marthe Charlebois de Cantley et sa famille voulaient des réponses. Son fils était tombé sur ces plaques intrigantes à l'été 2007, lorsqu'ils ont déménagé sur leur propriété de Mont Cascades. Ce n'est qu'en 2019 que Marthe a commencé à se renseigner sur les plaques auprès de ses voisins, de Cantley 1889 (la société historique locale) et de la Société historique de la vallée de la Gatineau (SHVG). Personne n'était au courant de l'existence de ces plaques, ni ne connaissait ces deux individus. En tant que directeur du conseil d'administration de Cantley 1889, j'ai été l'un des nombreux à être amené à résoudre ce mystère.

Notre première percée a eu lieu lorsque nous avons approché R. J. Hughes, résident de Chelsea depuis toujours et historien local. Dans un échange de courriels, il a écrit :

Wow, jamais dans mes rêves je ne m'attendais à voir des images d'un folklore oublié depuis longtemps des collines de la Gatineau, vers 1950 et dont on parlait le long de la rivière Gatineau et au-delà. Entendu par moi-même en écoutant les anciens parler d'un homme qui aimait tant les collines qu’il a creusé un trou dans le granit où il était cimenté à jamais.

Ce souvenir d’enfance d’un homme non nommé suggère que la plaque de Thomas Maxwell a bien été installée quelque temps après sa mort en 1942, et que ses cendres étaient probablement contenues derrière elle. Avec une certaine formation en généalogie et une expérience dans la recherche de l'histoire locale, j'étais déterminé à découvrir d’autres indices sur l'histoire de Thomas Maxwell et de Katie Burnett.

Les noms de famille Maxwell et Burnett sont familiers aux habitants de Chelsea, car il y a des routes voisines dans la partie nord de la municipalité qui portent encore les noms des familles qui y ont d'abord cultivé. Thomas Maxwell et Katie Burnett - peut-être un mari et sa femme - étaient-ils apparentés à ces familles?

Cimenté à jamais
Cimenté à jamais
Cimenté à jamais
Cimenté à jamais

Les plaques de bronze trouvées sur une paroi rocheuse isolée dans le nord de Cantley, avec la vue vers le nord sur la rivière Gatineau; on croit qu'ils couvrent les cendres de Thomas Maxwell et Katie Burnett Maxwell, 2019. Courtoisie de Marthe Charlebois. GVHS 02987.001/57 to 02987.004/57.

Il est intéressant de noter qu'une carte de la SHVG documentant les propriétaires en 1875 a révélé que le terrain situé à quelques mètres des plaques appartenait autrefois à un autre Thomas Maxwell, un pionnier irlandais, et qui n'était pas apparenté aux Maxwell de Chelsea mentionnés ci-haut. Bien que ce Thomas Maxwell soit mort en 1897, plus de 65 ans avant que les plaques ne soient enchâssées dans la roche, peut-être le jeune Thomas Maxwell, né en 1888, était-il son descendant? Peut-être même un petit-fils?

J'ai commencé mes recherches en examinant les cartes topographiques de Cantley de 1939 à 1984, étant donné que Thomas était décédé en 1942 et Katie en 1973. Les cartes ont montré qu'aucun bâtiment n'avait jamais été enregistré dans les relevés de cette région, et qu'aucune route officielle n'avait été construite à proximité des plaques. Les registres fonciers détaillent l'expropriation de la propriété en 1926 par la Gatineau Power Company (maintenant Hydro-Québec) pour son projet hydroélectrique. Le terrain vacant a finalement été vendu par Hydro-Québec en 1973 et a changé de mains plusieurs fois avant qu'une maison n’y soit construite en 1992. Cela a soulevé d'autres questions : pourquoi ce couple a-t-il été commémoré sur une propriété privée presque inaccessible et isolée - très probablement peu de temps après leur décès en 1942 et 1973?

La recherche généalogique a été l'étape suivante. À partir des noms et des dates figurant sur les plaques, j'ai cherché dans les nécrologies des journaux et dans les annonces des rubriques sociales connexes, comme les mariages. Ces recherches m'ont permis de trouver les personnes que je recherchais. Malgré la présence de plusieurs familles Maxwell différentes dans la vallée de la Gatineau, à Cantley, Chelsea et La Pêche, aucun lien n'a pu être trouvé pour les relier avec Thomas Maxwell. Il semble que leurs noms de famille communs ne soient que des coïncidences. Bien qu'on ne puisse pas exclure l'existence de liens familiaux, ils seraient peu probables. Les dossiers du recensement montrent que le père de Thomas et quelques-uns de ses frères et sœurs sont nés aux États-Unis, et que son grand-père avait immigré d’Irlande avant de s’installer dans le canton de Garafraxa en Ontario dans les années 1840, assez loin de la vallée de la Gatineau.

Dans le cas de Katie Burnett, puisque ses origines familiales peuvent être prouvées de manière plus concluante, nous pouvons affirmer qu’elle n’avait aucun lien avec les Burnett de Chelsea. Ses ancêtres étaient originaires d'Écosse, et son père, James, a immigré au Canada en 1870. La famille Burnett de Chelsea avait émigré d'Irlande dans cette région quelque temps avant cela.

Cela a laissé sans réponse la question du lien de Thomas et Katie avec la vallée de la Gatineau, un lien si fort qu'il les a amenés à être commémorés ici. Un retour sur la vie de Thomas et Katie pourrait-il fournir des indices? Les registres civils montrent que Thomas est né dans le canton d'Amaranth, comté de Dufferin, Ontario, le 28 juillet 1888, dans une famille d'agriculteurs. Sa mère, Elizabeth (Eliza) Rainey, est décédée de la typhoïde quelques jours avant son cinquième anniversaire, et son père est décédé peu de temps après, laissant Thomas orphelin à l’âge de sept ans. Sa demi-sœur Emily Jane, beaucoup plus âgée, a recueilli Thomas et ses frères et sœurs et les a emmenés dans le Michigan pour vivre avec elle et son mari, John Alfred Jordan, un ingénieur maritime qui a beaucoup voyagé pour son travail.

À l'âge adulte, Thomas a suivi les traces de son beau-frère et s’est mis à voyager pour le travail. Le recensement de 1910 dans le Minnesota l'enregistre comme comptable pour une entreprise de forage dans le canton de Stuntz. La même année, il épouse Katherine « Katie » Grieg Burnett, du côté américain de Sault Ste. Marie dans le Michigan. Le couple émigre à nouveau au Canada en 1915. Ce fut également le retour de Katie au Canada. Elle était née à Owen Sound, en Ontario, le 4 novembre 1885, d’un charpentier, James Burnett, et Mary Ann Walker, une femme au foyer. Le nom de famille de sa grand-mère paternelle était Greig, ce qui a dû expliquer le second prénom inhabituel de Katie. Cependant, ce nom semble avoir été mal orthographié à un moment donné, apparaissant comme « Grieg » sur son mémorial.

Cimenté à jamais
Le reportage funéraire de l’Ottawa Citizen pour Thomas Maxwell parut en décembre 1942, avec sa référence aux « voisins de Ramsey’s [sic] Crossing » qui a fourni l’indice reliant la vie du couple Maxwell aux collines de la Gatineau.

Confirmé par de multiples recensements et par chance pour mes recherches, Thomas est devenu un vendeur itinérant pour la Woods Manufacturing Company. Bien qu'ils aient vécu à Nepean, Ontario pendant un certain temps, le couple s'est retrouvé à Hull au 285, rue Laurier (aujourd’hui le site de la Tour Notre-Dame). L'usine textile Woods Manufacturing était commodément située à quelques pas de son domicile, au 200 Laurier (aujourd’hui le site d'un parc de stationnement). De 1906 jusqu'à son expropriation par la Commission de la capitale nationale en 1960, l'usine a produit des vêtements de sport et des articles en toile. Pendant les guerres mondiales, l’entreprise fabriquait des produits essentiels à l'effort de guerre, notamment des tentes et des housses de masque à gaz.

Thomas était clairement un vendeur bien connu et populaire pour cette entreprise. À sa mort en 1942, à l'âge de 55 ans, des articles nécrologiques ont été publiés dans des journaux à travers les États-Unis, dans des endroits tels que la Virginie, la Floride, le Mississippi, le Texas et le Colorado. Une nécrologie locale a déclaré qu'il était « […] très respecté pour son calme et s'était fait une foule d'amis partout en Ontario » et qu'il avait « […] un grand cercle d'amis, tant à Ottawa qu'à Hull ». Un avis de décès a fait la une de l’Ottawa Citizen. Il est possible que ces amitiés et ces liens aient permis d’enchâsser la plaque et ses cendres sur le terrain de Cantley, alors propriété d'Hydro-Québec.

Les hommages des journaux ont révélé que Thomas avait été incinéré au Crématorium Mont-Royal à Montréal. Bien que Montréal puisse sembler un peu loin, c'était à l'époque le seul endroit au Québec où l'on pouvait être incinéré légalement. Comme les Maxwell étaient de confession baptiste et presbytérienne, les restrictions catholiques qui interdisaient la crémation ne s'appliquaient pas à eux. Par contre, cette pratique était peu courante dans les années 1940. Moins de trois pour cent des défunts étaient incinérés à cette époque. En réponse à ma question, le Cimetière Mont-Royal a indiqué que le lieu d’inhumation de Thomas Maxwell était inconnu.1 Le nom de Katie n’a pas été trouvé dans les archives du Cimetière Mont-Royal, et je n’ai pas pu trouver le lieu de sa sépulture. D'après mes recherches et comme pour son mari, je crois que le lieu de sa sépulture n’est pas documenté.

Mes recherches dans les journaux ont également permis de découvrir l'insaisissable lien des Maxwell avec la vallée de la Gatineau. L'hommage de Thomas dans l’Ottawa Citizen note que des offrandes florales ont été reçues des « voisins de Ramsey’s Crossing » (une faute d'orthographe de « Ramsay »). C'était autrefois une référence bien connue au secteur du chemin Ramsay, dans le quartier Cascades à Chelsea, et c'est l'indice qui m'a conduit à de nombreuses réponses à ce mystère. Il est clair que Thomas et Katie avaient vécu sur le chemin Ramsay à un moment donné, ce qui a conduit à une nouvelle piste d'enquête.

Nous avons contacté des résidents de Chelsea qui connaissent bien Cascades, leur demandant s'ils se souvenaient du couple Maxwell. Nous avons eu du succès lorsque Catherine Joyce, une ancienne propriétaire de chalet sur le chemin Ramsay au bout de Beattie Point, a pu confirmer l’emplacement du chalet des Maxwell au bord de la rivière Gatineau, en le rappelant de sa jeunesse. Il se trouvait sur une haute colline avec un accès étroit à l'eau, de l'autre côté de la rivière des plaques de bronze de Cantley. Cela expliquerait finalement la motivation probable de l'emplacement des plaques de Thomas et Katie, le couple a dû choisir ce site, car il surplombe un paysage qu'ils avaient probablement tous deux chéri.

Cimenté à jamais
Ancienne propriété des Maxwell dans le quartier Cascades de Chelsea, montrant son accès depuis le chemin Ramsay par un long escalier menant au chalet, maintenant une résidence à l'année, 2020. Crédit: Valérie Crevier. GVHS 2987.005/57

J'ai pu confirmer grâce au Registre foncier du Québec que les Maxwell ont acheté le terrain du chemin Ramsay en 1941 pour 725 $, et que la veuve Katie l'a vendu en 1965, alors qu'elle avait 79 ans. Catherine Joyce se souvient de « Madame Maxwell » de sa propre enfance sur le chemin Ramsay dans les années 1950. Elle a écrit : « Ils2 vivaient dans un sombre chalet en rondins sur le côté ouest de la route, juste au niveau du virage serré. Un long escalier menait au chalet, mais nous n'avons jamais vu personne monter ou descendre. Quand nous étions enfants, nous voyions ce chalet comme une maison hantée, où des yeux nous regardaient toujours depuis le nid d'aigle au sommet de la falaise pendant que nous courrions sur le chemin ». Le propriétaire actuel du 72, chemin Ramsay, Greg Searle, a été ravi d'apprendre l'histoire de sa résidence désormais ouverte en toutes saisons.

Mes recherches généalogiques m'ont menée à une parente Maxwell vivante, une belle-fille, Olga Maxwell, qui réside maintenant à Montréal. Elle-même âgée, elle m’a fait savoir par l’intermédiaire d’une aide-soignante qu’elle se souvenait peu du lieu de repos final de sa belle-famille. Elle a cependant indiqué que son mari, le fils de Thomas et de Katie, avait été incinéré et inhumé sur une propriété privée en Nouvelle-Écosse. Elle a ajouté qu'après la vente de leur terrain, ses cendres avaient été déplacées et réinhumées dans un cimetière local. Cela suggère un modèle non traditionnel dans les pratiques funéraires de la famille Maxwell et, combiné à l'existence du folklore local des années 1950, cela soutient l’hypothèse que les cendres de la famille ont effectivement été enchâssées dans la roche à Cantley.

Cimenté à jamais
Vue à partir de l'ancienne propriété Maxwell sur la rive ouest de la rivière Gatineau, en regardant vers l'est à Cantley où se trouvent les deux plaques, 2020. Crédit: Valérie Crevier. GVHS 2987.010/57.

Le mystère qui se cache derrière ces plaques commémoratives presque oubliées, protégeant les restes incinérés des Maxwell, a motivé cette enquête et inspiré l’imagination de chacun. Les noms de Thomas Maxwell et de Katie Burnett, cimentés dans la solide roche préhistorique des collines de la Gatineau, resteront peut-être à jamais.

L'auteure tient à remercier Marthe Charlebois et sa famille, R. J. (Bob) Hughes, Catherine Joyce, Louise Schwartz, Frances Curry, Margaret Phillips et Greg Searle pour leur contribution à l’élucidation du mystère des plaques de Cantley. Elle offre une note spéciale de gratitude à Olga Maxwell. Si vous avez des informations supplémentaires sur Thomas H. Maxwell ou Katie Grieg Burnett, veuillez contacter Valérie Crevier via Cantley 1889 au info.cantley1889@gmail.com.

1 Des informations contradictoires apparues sur le site web findagrave.com ont indiqué que le Cimetière Mont-Royal était le lieu de sépulture de Thomas Maxwell. Cependant, la fiabilité de ces informations est remise en question, car les détails de la base de données peuvent être créés et modifiés par n'importe qui, sans qu'il soit nécessaire de connaître les sources. En novembre 2020, j'ai apporté une correction à ces informations sur findagrave.
2 À l'insu de Catherine, Thomas Maxwell était décédé des années auparavant, de sorte que seule Mme Maxwell était en résidence.


Return to list of articles.